PRINCIPES POUR NOURRIR VOTRE PRATIQUE DU TAI CHI CHUAN ET DU CHI KONG

Les différents aspects de nos pratiques : Tai Chi Chuan, Chi Kong, Méditations ont des bases communes à la fois théoriques et pratiques. Dans notre enseignement nous mettrons dès le début l’accent sur ces points en proposant des consignes et des exercices spécifiques :

  • LA POSTURE
    • Enracinement
      L’enracinement est essentiel à la qualité des mouvement ou même d’une posture statique. Il représente les fondations.
    • Alignement
      L’alignement des axes osseux qui vont dépendre des position relatives des articulations : chevilles, genoux, hanches, sacrum, vertèbres, tête.
    • Axe
      La prise de conscience de l’axe entre sommet de la tête (Bai Hui) et le Périnée (Hui yin) se fera progressivement au cours des pratiques.
    • Equilibrage des chaînes musculaires
      Les mises en tension (étirements) douces et profondes des chaînes musculaires en alternance avec leurs détentes dans leur globalité permettra un rééquilibrage globale du corps.
  • LA DETENTE
    • La détente est une partie fondamentale de la pratique. Elle concernera dans un premier temps les muscles puis les organes. Plusieurs techniques nous permettront de défaire progressivement les tensions de façon de plus en plus profonde et subtile.
  • LA RESPIRATION
    • La respiration est la seule fonction du corps qui peut être à la fois inconsciente et consciente. C’est dire son importance et dire aussi l’attention bienveillante que l’on devra lui apporter. Nous serons surtout des observateurs prudents de nos limites tant par les zones concernées que par l’amplitude de nos mouvements respiratoires.
  • LE REPOUSSER DU SOL
    • L’enracinement nous donne notre rapport au sol dans la statique ; le repousser du sol établit avec lui notre lien dynamique. C’est l’utilisation habile de la pesanteur que l’on pourra utiliser comme une dynamique de redressement et de rebond.
  • LA COORDINATION
    • C’est la mise en relation dynamique des différentes parties du corps pour passer d’une conscience plus ou moins morcelée du corps à une conscience unifiante. Coordination entre le haut et le bas, entre la droite et la gauche, puis entre des parties plus fines. Au delà de la coordination et avec la pratique nous pourrons vivre des sensations très agréables de résonance dans notre corps.
  • LES LIENS SYNERGIQUES ENTRE CES DIFFERENTS ASPECTS
    • Chacun des aspects décrits ci-dessus est en synergie et en dépendance avec les autres et vont ainsi s’enrichir mutuellement et nous permettre d’arriver à la sensation comme guide.
    • Synergie : par exemple une bonne posture va améliorer la respiration et la recherche d’une meilleure amplitude respiratoire va nous inciter à trouver une meilleure posture, plus de détente etc.
    • Dépendance : une seule composante est à elle seule insuffisante. Par exemple une grande détente sans structure ne permet pas une bonne circulation de l’énergie, l’inverse non plus.
  • LA SENSATION COMME GUIDE
    • Pour chaque exercice nous avons une forme précise établit souvent depuis plusieurs générations par des maîtres de Tai Chi Chuan et de Chi Kong. Au début nous nous appuyons sur des repères externes (la forme) pour reproduire ce qui est enseigné. Puis petit à petit les sensations internes que nous découvrons au cours de la pratique vont nous permettre de nous auto-corriger et de progresser dans notre évolution pour notre plus grand plaisir…
  • LIEN AVEC L’OSTEOPATHIE
    • Les taoïstes décrivent dans leur pratique la respiration embryonnaire ou Taixi qui a été redécouverte par Still, fondateur de l’ostéopathie, sous le nom de mouvement respiratoire primaire (MRP). Ce mouvement qui a son rythme propre différent de celui de la respiration pulmonaire met en mouvement les liquides dans tout le corps. Les ostéopathes agissent sur les restrictions de mouvements dans le corps en améliorant le mouvement des fluides.
  • LIEN AVEC L’ACUPUNCTURE
    • L’acupuncture s’intéresse à la circulation de l’énergie dans le corps en levant les barrières énergétiques dues aux stress présents et passés qui ont été mémorisés sous formes de tensions, blocages et autres limitations à notre évolution.

En conclusion le Tai Chi Chuan et le Chi Kong permettent d’agir sur les niveaux physiques, émotionnels, énergétiques et fluidiques de la personne. L’association avec des pratiques comme l’ostéopathie et l’acupuncture est parfois souhaitable pour lever des blocages profonds et durables ou lors d’accidents physiques ou de maladies.